En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous identifier et vous connecter.     Fermer ce volet

Adaptation au changement climatique et nouvelles dynamiques d’aménagement pour des territoires compétitifs : quels enjeux, quelles opportunités pour les différentes parties prenantes ?

Mercredi 18 janvier 2012, de 9h30 à 12h30

Réunion à Paris

Chaque territoire se bat pour être et rester attractif tant vis à vis de sa population sédentaire que vis à vis de nouveaux talents. Nos territoires français et européens font face aujourd’hui à une double réalité: une réalité héritée du passé avec certaines zones périurbaines laissées à l’état de friches industrielles, un foncier agricole en réduction du fait d’une urbanisation extensive, un tissu économique appauvri dans le rural … doublée d’une réalité à venir avec le réchauffement climatique.
 
En juillet 2011, la ministre de l’Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet présentait le plan national d’adaptation au changement climatique, premier plan d’action de cette ampleur dans l’Union Européenne. Ce plan, décliné en plus de deux cent trente mesures, concerne une vingtaine de secteurs et établit un catalogue de recommandations notamment pour l'agriculture, la gestion de l'eau et des forêts, les transports, la prévention des catastrophes comme les inondations, ou encore l'adaptation du tourisme. Révisé tous les cinq ans, il doit permettre à la France d'anticiper les effets inéluctables de la modification du climat.

Par exemple pour l’eau, il vise un objectif de réduction de la consommation de 20% d’ici 2020, pour la santé, la mise en route d’études sur les nouveaux vecteurs d’allergie que la hausse des températures risque de favoriser, pour la forêt, la mise en place de programmes permettant de favoriser le développement d’espèces d’arbres adaptées aux nouvelles conditions de températures et de sécheresse, pour l’aménagement du territoire, la nécessité d’intégrer les nouvelles données climatiques comme contraintes techniques pour les infrastructures à longue durée de vie (centrales nucléaires, barrages, routes, rails, etc.) ou pour les plans littoraux.
 
Ainsi, héritage passé et à venir se joignent pour constituer la nouvelle donne sur les territoires. Comment dès lors reconsidérer l’aménagement des territoires pour leur viabilité ? Quels rôles les parties prenantes (organismes publics, collectivités territoriales, entreprises, société civile...) peuvent-elles et doivent-elles jouer ? Quelles opportunités d’avenir les acteurs y détectent-ils ?
 
Les entreprises face au défi climatique :
  • Le coût de l’inaction
  • Une modification inéluctable des conditions de culture agricole
  • La nécessité d’une gestion pointue des ressources hydriques et énergétiques
  • Un patrimoine d’infrastructures à sauvegarder
Grenelle et aménagement du territoire : quelles contraintes pour les entreprises ?
  • Quels impacts de l’importance nouvelle donnée aux enjeux environnementaux dans les SCOT (schémas de cohérence territoriale)?
  • Quels place et modèle pour l’agriculture dans l’aménagement durable du territoire ? Quelles évolutions pour la chaîne logistique ?
  • La prise en compte généralisée du risque environnemental et climatique : quelles répercussions sur l’accès au financement et les appels d’offres publics, la planification stratégique et la couverture assurantielle ?
Des obligations qui peuvent aussi constituer des opportunités nouvelles :
  • Une gouvernance écologique décentralisée est-elle un atout pour la compétitivité des territoires?
  • Le soutien des pouvoirs publics à l’adaptation des entreprises : quels dispositifs ? quels critères ?
  • L’effort de recherche en environnement : un levier pour l’innovation ?
  • Quels nouveaux marchés en perspective ?

 

Animateur :
  • Anne JOURDAIN, Fondatrice, A.Part
Intervenants :
  • CERTU : Jean-Louis HELARY, Directeur
  • MEDDTL : Bertrand REYSSET, Direction générale de l'énergie et du climat
  • DREAL Lorraine : Franck VIGNOT, Responsable de la division climat, énergie et bâtiment (excusé)
  • FNSEA : Daniel PRIEUR, Secrétaire Général Adjoint
  • SNCF : Alexandre KADDOURI,Chef de projets à la Direction du Développement Durable, Chargé des questions Climat/Energie
Liste des inscrits
40 personnes sont présentes à cette réunion, parmi lesquelles :
BMJ Ratings
Directeur adjoint
Quantis
Directrice générale, France
MEDDTL
Chargé de mission
GDF Suez
Ingénieur de recherche
Avise
Chargée de mission Economie sociale et solidaire
Altran
Altran Research
ADP
Responsable optimisation énergétique
Dalkia
Responsable Grands Comptes
IAU île-de-France
Présidente de la Commission développement territorial durable
EDF R&D
ingénieur-chercheur
Savin Martinet Associés
Avocate Associée
DRIEE
Ingénieur
CRCI Paris-Ile de FRance
Directrice de l'Aménagement et des transports
EDF
EXPERT ENERGIE
VEOLIA ENVIRONNEMENT
Directeur - Business development & support - Direction du développement durable
Conseil général 93
Chargé de mission
Aéroports de Paris
Responsable du Pôle management environnemental
UVSQ
Econoving Project Manager
PEXE
Directrice du Développement
SNCF
Chargé de mission
SCHOTT Solar AG
Junior Sustainability Manager
FNC
Directrice Dép.Formation et Affaires européennes
Société Générale
Project Manager
Groupe ARTELIA
Ingénieur-Consultant (adaptation au changement climatique)
Ernst & Young
Manager
Académie de l'Eau
Ingénieur général honoraire PEF
Pays du Sud de l'Aisne
Chargé de mission
AGRION Paris
Resp. développement
IAU-IDF
Chargé de projet environnement et responsable du programme indicateurs régionaux de développement durable
Arcet Cotation
consultante
IAU île-de-France
Communication
DNV
Membre Comité de certification
Egis
Sustainability officer
EDF
PhD student
Cabinet GS Associés
avocat associée
Capgemini Consulting
Managing Consultant
Région Rhône Alpes
Chef projet Développement Durable
Synopteek - Rédaction de Syn
Rédacteur
Synopteek - Rédaction de Syn
Rédacteur
BMJ Ratings
Consultant en stratégie industrielle / RSE
Consulter le compte-rendu et les présentations