En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous identifier et vous connecter.     Fermer ce volet

Capter, Stocker et Valoriser le Dioxyde de Carbone : Les Technologies de CCS&U

Mercredi 06 décembre 2017, 9h30 à 9h30

Réunion à Paris

L'une des réponses possibles aux records de concentration de CO2 dans l’atmosphère est sa captation, son stockage et/ou sa valorisation via les technologies de CCS&U (Carbon Capture Storage & Utilization). Cette ambition n’est pas mince, tant le dioxyde de carbone est rare : il correspond à environ 0,04 % des molécules de l'air ambiant, loin derrière le diazote (78 %) et le dioxygène (21 %). Cependant, les scénarios du GIEC pour que le réchauffement climatique reste dans les limites d'une élevation de température de l'ordre de 2 °C ne sont réalisables qu'à la condition d'un déploiement à grande échelle de ces technologies. Plusieurs projets pilotes sont en préparation depuis une dizaine d'années et nous nous proposons de les passer en revue.



La captation du CO2

Avant de pouvoir être stocké, le dioxyde de carbone doit d'abord être capté. C'est ici l'un des enjeux principaux du CCS car cela impliquerait, dans l'absolu, d'"aspirer" le CO2 de l'air ambiant où il n'est présent qu'en de très faibles quantités (malgré son importance essentiel pour l'effet de serre), comme le projet canadien "Carbon engineering" se propose de faire via des dizaines de ventilateurs géants. Une telle technologie consomme cependant une quantité d'énergie colossale qui rend son business model hasardeux. Il est à l'heure actuelle plus pertinent de s'intéresser à des gisements de CO2 concentrés, comme en sortie de centrales ou de cimenteries. Nous verrons quelles techniques sont employées pour traiter ces gazs d'échappement et en séquestrer le CO2.



Stockage géologique

Le stockage géologique consiste à injecter le CO2 soit sous forme gazeuse, soit sous forme liquide dans des couches géologiques profondes, telles que des aquifères salins. Bien que prometteuse, cette technologie fait face à de nombreux obstacles en termes de sécurité des installations et de rentabilité. Nous ferons le point sur les principaux projets développés à ce jour par les centres de recherche et les industriels.



Utilisation du CO2 comme matière première

Au lieu d'être stocké en profondeur, le CO2 peut être utilisé comme matière première dans l'industrie. Le procédé de méthanation permet par exemple de combiner du dihydrogène et du dioxyde de carbone (ou monoxyde de carbone) pour produire du méthane qui est ensuite injecté dans le réseau de gaz naturel. Le carbone capté peut aussi être employé comme composé pour de nombreux produits chimiques, il peut  servir d'éléments nutritifs pour la culture de micro-algues, il peut être ajouté à l'acier pour obtenir de meilleures performances... Nous dresserons ici un tableau des différents usages du carbone qui permettraient d'éviter son stockage à perte et de le valoriser à grande échelle.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette conférence, merci d'envoyer un email à angela.keller@agrion.org
Liste des inscrits
15 personnes sont présentes à cette réunion, parmi lesquelles :
LGI Consulting
Consultant
TOTAL
Senior Strategy Analyst
VEOLIA
Consultant
Actility
Energy Project Manager
3M
Technical project manager - Sustainability
CMS Bureau Francis Lefebvre
Avocate
DIRECT ENERGIE
CHARGEE DE DEVELOPPEMENT
SNCF
Innovation & Recherche - Responsable Energie
ENGIE
Project Coordinator
ORESYS
Manager Energie
ENGIE
Ingénieur de Recherche
GDF SUEZ
Ingénieur
Renault
Ingénieur
TDF
Business Strategy
engie
chef de projet